Centre de crise de Québec - Son état m'inquiète

« Son état m’inquiète »

La crise peut être une occasion d’explorer de nouveaux moyens pour faire face aux stress de la vie.

Je veux l’aider, mais comment?

img-intervention

Vous vous inquiétez des changements de comportement
d’un proche ou une personne que vous côtoyée?

De ses émotions ? De son isolement? De son irritabilité?

Vous vous sentez dépassé par la situation et vous ne savez pas comment lui en parler… Ne restez pas seul avec vos inquiétudes.

Quand survient une crise?

Lexique

Une crise peut se déclencher à différents moments de la vie, de façon épisodique, en fonction des évènements vécus et parfois du cumul de stress quotidien.

>>>

« À quoi m’attendre si je vous appelle? »

En nous appelant, vous serez directement en lien avec un intervenant qualifié qui vous écoutera afin de vous proposer l’orientation la mieux adaptée, en évaluant les points suivants :

  • Y a-t-il urgence?
  • La situation peut-elle comporter un danger grave et immédiat pour votre proche ou pour l’entourage?
  • Votre proche est-il volontaire à recevoir de l’aide ou non?

Si la situation le permet, l’intervenant peut vous guider dans l’aide que vous pourriez vous-même apporter à votre proche.

Qu’est-ce qu’une « crise »?

Lexique

Moment de déséquilibre intense, caractérisé par un sentiment de vulnérabilité et par beaucoup d’anxiété.

>>>

« Comment lui parler? »

Une simple conversation avec ce membre de votre entourage peut paraitre difficile à avoir. Trouver les bons mots, poser les bonnes questions n’est pas toujours évident.

Les quelques indications suivantes visent à vous aider à amorcer la communication avec la personne dont l’état vous préoccupe.

Avant de commencer la conversation

Demandez-vous si :

  • Elle perçoit avoir un bon lien avec vous
  • Le moment de communiquer est propice
  • Vous êtes en sécurité pour lui parler (pas d’objets dangereux à portée de main, issue de secours accessible, par exemple)

Entamer une discussion

Si ces conditions sont réunies, vous pourrez alors lui faire part de vos inquiétudes.

« Je remarque que tu participes à moins d’activités et que tu parles souvent de choses négatives dernièrement. »

  • Débutez la discussion en lui présentant les changements de comportements ou attitudes que vous avez remarqués. En lui présentant des faits observés, il sera plus facile de lui faire part  de vos inquiétudes.
  • En constatant votre inquiétude, et une fois la glace brisée, votre proche risque d’être plus ouvert à la communication. Écoutez ce qu’il a à vous dire et faites-lui savoir qu’il est important à vos yeux et que vous prenez sa situation au sérieux.

 « Je suis sincèrement préoccupé par ta situation. Je veux que tu saches que je suis là pour toi et qu’il existe un réseau de professionnels pour t’aider. »

  • Faites-lui part de votre désir sincère de l’aider en le référant vers un soutien professionnel et en l’invitant à contacter le Centre de crise de Québec.
  • Il est important de lui assurer qu’elle sera reçue avec respect, attention et confidentialité.

Qu’est-ce que qu’une « situation à potentiel traumatique »?

Lexique

Toute situation qui présente une menace à la vie ou à l’intégrité physique provoquant une réaction de peur intense et un sentiment d’impuissance ou d’horreur.

>>>

« Je comprends que cette situation est déstabilisante. »

  • Il est préférable de privilégier les phrases au « je » : « J’imagine combien cette situation doit être difficile pour toi. Je comprends quand tu dis être à bout ».
  • Évitez les phrases au « tu » qui, souvent, paraitront accusatrices ou porteuses de jugement : « Tu es tout le temps de mauvaise humeur et t’isoles du reste du monde. »
Il n’existe pas de méthode magique, mais il est nécessaire d’ÉCOUTER votre proche, de lui faire part de vos inquiétudes et de le RASSURER.

Pensées suicidaires

S’il émet des pensées suicidaires, c’est qu’il y pense! Vous pensez que votre proche a des pensées suicidaires :

  • Posez-lui la question clairement : « Parfois quand les gens se sentent comme ça, ils peuvent penser au suicide. Penses-tu au suicide? »
  • S’il vous avoue y penser, demandez-lui de préciser à quelle fréquence il y pense, s’il a envisagé un moyen et un moment pour passer à l’action (ce qui augmente la gravité de la situation). Dans ce cas, contactez-nous sans tarder.

S’il refuse de vous parler ou si vous craignez qu’il ne devienne violent envers lui-même ou envers autrui à plus ou moins long terme, contactez le Centre de crise de Québec.

Si les manifestations violentes sont imminentes ou en cours, contactez immédiatement le 911.

> Retour en haut de page

Témoignages

« Sans vous, nous n’aurions pu rien faire, nous étions désemparées ! Continuez votre beau travail ! »
« Merci infiniment, pour votre intervention, votre soutien et votre écoute. »

> Retour en haut de page

Ressources pour les proches

Région de la Capitale-Nationale :

La Boussole et le Cercle Polaire : Aide destinée aux proches et accompagnement pour la procédure de requête d’évaluation psychiatrique.

CPSQ (Centre de prévention du suicide de Québec) : Aide pour tout ce qui concerne le suicide ou les endeuillés par le suicide.

Secteur Portneuf :

Arc-en-ciel : Aide pour tout ce qui concerne le suicide et l’accompagnement des proches pour la procédure de requête d’évaluation psychiatrique.

Secteur Charlevoix :

La Marée : Aide pour tout ce qui concerne le suicide et l’accompagnement des proches pour la procédure de requête d’évaluation psychiatrique.

Partout au Québec :

FFAPAMM (Fédération des familles et amis de la personne atteinte de maladie mentale) 418 687-0474 en périphérie de Québec.

> Retour en haut de page